Seeds of Diversity
Visitez notre site Internet Transférez à un ami Abonnez-vous Faites un don Lisez ce bulletin dans votre navigateur

Retourner au bulletin Août 2017

Cultures alimentaires autochtones

Ashley Barbosa

Je m'appelle Ashley Barbosa et je suis un étudiant à l'Université Wilfrid Laurier. Je fais présentement une mineure en Études indigènes et j’ai eu la chance de travailler à l’été 2017 pour les Semences du patrimoine. Une de mes tâches s a été de découvrir l'histoire de certaines variétés de notre collection. Mon travail impliquait la recherche et la collecte d'informations pour les  variétés du patrimoine nord-américain. L'accent a été mis sur les peuples autochtones de l'Amérique du Nord, considérant qu'une grande quantité de ces graines provenaient de l'emplacement géographique spécifique où elles ont été domestiquées et cultivées par ces groupes.

Afin de trouver ces variétés, j'ai utilisé l’Index du catalogue des semences de Semences du patrimoine Canada, de haricot à tomate, en passant par les courges. Cela m'a permis de créer une liste de certaines semences que je recherche intensivement afin de créer une description pour chaque individu. Tout au long de mon processus de recherche, j'ai également pu apprendre et prendre note des semences des Premières Nations  que nous n'avons pas encore recueillies afin que nous puissions travailler à favoriser et à sauver certaines de ces souches anciennes et tradditionnelles.

Ultimement, j'ai constamment constaté que la majorité des variétés nord-américaines sont ce que les Amérindiens appellent les Trois Soeurs: la courge, le maïs et les haricots. De nombreux peuples  d'Amérique du Nord ont pratiqué ce système interculturel, bien qu'il ne s'agisse pas d'une généralisation définitive compte tenu de la diversité des cultures autochtones. Les ressources d'information pour les variétés de cultures spécifiques étaient très minimes en raison des lignées historiques et anciennes, ainsi que du fait que de nombreuses tribus des Premières Nations n'inscrivent pas leurs traditions ou leurs pratiques autrement que par transmission orale. L'information que j'ai pu trouver est quand même concluante, elle provient de sources authentiques et honorables, et nous permet de recueillir une compréhension partielle de l'histoire ethnobotanique nord-américaine. Les Premières Nations nord-américaines nous ont fourni de nombreuses variétés importantes qui ont été soutenues jusqu'à ce jour. Voici quelques histoires reliées à ces variétés qui se trouvent dans notre Bibliothèque de semences:

 

Haricot Cherokee Trail of Tears: Ce haricot était cultivé à l'origine par les Indiens Cherokee qui, avant le 18ème siècle, étaient concentrés dans le sud-ouest de la Caroline du Nord, le sud-est du Tennessee et l’extrémité ouest de la Caroline du Sud et du nord-est de la Géorgie. Ce haricot particulier a été transporté tout le long du Chemin des larmes (Trail of Tears), c’est-à-dire lorsqu’ils ont été chassés de leur territoire et forcés de traverser à pied les Smoky Mountains en octobre 1838. Plus de 4000 Indiens Cherokee sont morts dans cette randonnée hivernale forcée. Parce que ces haricots étaient très précieux et aussi parce qu’ils n'avaient guère eu le temps d’emballer leurs effets personnels et ne pouvaient qu’apporter l'essentiel, les Cherokee se sont assurés de ne pas le laisser derrière eux. Les haricots étaient classiquement utilisés surtout dans des plats tels que des soupes et des ragoûts, ou étaient souvent complétés par des accompagnements comme le riz, les oignons sauvages et les champignons. Traditionnellement, les haricots Cherokee Trail of Tears étaient cultivés avec les  Trois Sœurs. Cependant, le peuple Cherokee cultivait également des tournesols et des citrouilles en intercalaire.

Haricot Deseronto Potato: il s'agit d'un haricot Mohawk extrêmement rare de la réserve de Tyendinaga en Ontario, au Canada, où habitent des gens de la nation Mohawk. Les Kanienkeha'ka Haudenosaunee (Mohawk Iroquois) étaient connu pour leurs compétences agricoles. Ils ont développé ce haricot pendant plusieurs millénaires, peut-être même depuis 4 300 ans, et ont utilisé ce haricot traditionnellement comme un épaississeur de soupe. Cette variété de haricots est également assez molle pour être écrasées comme des pommes de terre, de sorte qu'elles peuvent être utilisées pour créer un repas en tant que tel. Ce haricot était habituellement cultivé selon le principe des trois sœurs, soit en compagnonnage avec du maïs, et des courges. Avant la plantation, les Mohawk Iroquois trempaient les haricots dans l'eau ou dans un mélange d’herbe, souvent le roseau; on croyait qu'ils aident à la germination. Pour l’entreposage des semences séchées, ils creusaient des fosses souterraines avec de faibles niveaux d'oxygène qui préservaient les graines et les cultures pour une utilisation ultérieure.

Haricot Anasazi: Il est surtout important de noter que les "Anasazi" ne se sont pas nommés eux-mêmes ainsi; en fait, c'est le mot Navajo pour "Les Anciens". Ce sont les ancêtres éteints des peuples Pueblo. Les premiers colons qui se sont installés aux « Four Corner ». près de Mesa Verde ont trouvé des haricot Anasazi qui poussaient ça et là autour des ruines de Pueblo. Ces colons ont ensuite commencé à les cultiver localement, et heureusement ils ont pu continuer la longue histoire de ce haricot. Des années plus tard, on dit que les archéologues des années 1950 avaient trouvé exactement le même type de haricots dans un pot d'argile scellé avec du goudron de pin dans les ruines d'Anasazi près de Mesa Verde; ceux-ci étaient datés des temps d'Anasazi (A.D. 200 à A.D. 1300), avec une datation du carbone déterminant les graines de 500 à 1 500 ans. Les haricots Anasazi, tout comme les autres haricots utilisés par les Anasazi, étaient trempés et cuits dans des pots sur un feu ou sur des roches chaudes. On les mangeait accompagnés de maïs et de courge afin de procurer une protéine intéressante lorsque le poisson ou la viande n’étaient pas disponible.

Citrouille « Algonquian »:  La courge « algonquian » (ou citrouille) est une cucurbitacée extrêmement rare qui provient de la Nouvelle-Angleterre et qui a été cultivée historiquement par les Abénakis. Bien qu'elle puisse sembler avoir des liens avec les Algonquins, il n’en est rien. En fait, l'orthographe du nom de la courge «Algonquian» est due au fait que les Algonquin sont une tribu alors que les Algonquiens sont une combinaison de tribus qui parlent la langue des  Algonquins divisée en différents dialectes. Les Abénakis étaient l'une des tribus algonquiennes des régions habitées du Maine, du New Hampshire et du Massachusetts occidental. Les Abénakis pratiquaient en cest temps-là  la méthode de culture des Trois Sœurs avec l'ajout de tournesols, et utilisaient les graines de la courge pour fabriquer de l'huile. Comme beaucoup d'Amérindiens, ils utilisaient ces huiles pour fabriquer des colorants pour des matériaux artistiques. Traditionnellement, la courge était utilisée dans les soupes et les ragoûts, ainsi que les plats de légumes communs. La courge algonquienne faisait partie des denrées alimentaires que Lewis et Clark commercialisaient avec les Indiens Mandan au début du 19ème siècle, ce qui nous donne un historique du processus par lequel les semences ont été déplacées par le commerce entre les tribus.

 Cherokee Purple Tomato: This variety originates with the Native American people of the Cherokee Nation in the Tennessee River Valley. The Cherokee settled in the mountain region of the south Alleghenies, southwest Virginia, western North Carolina and South Carolina, north Georgia, east Tennessee, and northeast Alabama. The seeds have been handed down through generations of native farmers and eventually were traded and cultivated by a variety of others apart from the Cherokee nation. These tomatoes are documented and known to have thrived since the 1800’s; this is because colonists did not consume tomatoes until this period of time. It is uncertain the exact age of the Cherokee Purple, however, it is firmly known that they are far more than 100 years old

Cherokee Purple Tomato: Cette variété provient des Premières Nations Cherokee de la vallée de la rivière Tennessee. Les Cherokee se sont installés dans l’actuelle région montagneuse du sud Alleghenies, le sud-ouest de la Virginie, l'ouest de la Caroline du Nord et la Caroline du Sud, le nord de la Géorgie, l'est du Tennessee et le nord-est de l'Alabama. Les semences ont été transmises à travers des générations d'agriculteurs autochtones et ont finalement été échangées et cultivées par plusieurs autres en dehors de la nation Cherokee. Ces tomates sont documentées et connues pour avoir prospérées depuis les années 1800; c'est parce que les colons n'ont pas consommé de tomates avant cette période. L’âge exact de la Tomate Cherokee Purple est inconnu, mais il est approprié de dire qu’elle dépasse de loin les 100 ans.

**

Ashley Barbosa

 

Retourner au bulletin Août 2017

Vous n'êtes pas encore membre?

Un abonnement annuel aux Semences du patrimoine inclu quatres revues et le Catalogue des semences des membres.

Notre travail dépend de vos dons.

Merci beaucoup de votre soutien!

Tenez-vous au courant!

facebook    twitter

www.semences.ca